QUELQUES SIDDHIS

Voici quelque uns des principaux siddhis :

  • revêtir une forme infime - anima ;
  • devenir aussi leger qu’une plume (lévitation) - laghima ;
  • accroître à volonté son poids - garima ;
  • devenir immense - mahima ;
  • changer de forme - kaamaroopa ;
  • se rendre présent à n’importe quel endroit (bilocation) - manojava ;
  • accomplir toute chose - prakamya ;
  • suprématie divine - isitva ;
  • volonté irrésistible - vasitva ;
  • devenir invisible ;
  • entrer dans le corps d’un autre ;
  • matérialiser des objets...

LES SIDDHIS COMME OBSTACLES OU COMME PERFECTIONS

Patanjali explique que ces siddhis ne doivent pas être recherchés pour eux-mêmes, car ils pourraient créer un attachement et empêcher kaivalya, la délivrance.

Selon Patanjali les siddhis sont les perfections de l'état d'éveil spirituel (vyutthana) mais représentent des obstacles pour l'état de Samadhi, et ne leur accorde aucune importance pour atteindre la libération. Patanjali attire l'attention non seulement sur le danger d'exhiber les siddhis, mais sur le danger qu'il représente pour celui qui les possèdent ; car le yogi court le danger de céder à la tentation de la magie, de jouir de l'influence que lui procure ses pouvoirs au lieu de se consacrer à sa tâche spirituelle.

Pattinattar appelle les siddhis de la canne à sucre amère (kasakkum karumbu) pour indiquer sa double nature. Le désir d'obtenir une certaine notoriété grâce à l'exhibition des siddhis prouve l'immaturité. Comme le dit Pambatticcittar ceux qui ont atteint la réalisation du Soi ne l'exhibent pas et ceux qui n'ont pas atteint la réalisation de Soi sont ceux qui l'exhibent."Mais pour le véritable Siddha, qui est un authentique kundalini yogi, ces siddhis sont d'immense valeur, car ils indiquent qu'il est dans le processus de se défaire des lois de la nature et du déterminisme karmique et de briser les structures de la sensibilité profane. Le véritable siddhi consiste en une conversion intérieure, un monde intérieur d'unité, une entrée dans le courant de la libération. Ce qui est prohibé n'est pas l'accomplissement des siddhis mais leur exhibition"

BIBLIOGRAPHIE

  • Lumière sur les Yoga Sutra de Patañjali de B-K-S Iyengar, préface de Yehudi Menuhin éditions Buchet-Chastel

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Siddhi


Les pouvoirs surhumains ou siddhi que les cittarkal ont développé pour atteindre le samadhi sont, par tradition, au nombre de huit, et sont connus en sanskrit sous le nom d’astasiddhi ou de mahasiddhi.

  • anima ou la faculté de réduire le corps grossier à la taille d’un atome; capacité de voler grâce à cette légèreté.
  • makima ou le pouvoir d'étendre son corps indéfiniment grâce à l'apesanteur.
  • karima ou le pouvoir d'augmenter son propre poids ou de désintégrer les atomes de son corps pour le rendre capable de passer à travers les matières solides.
  • laghima (ilakima) ou le pouvoir de devenir aussi léger qu'une plume.
  • kamavasayitva (piratti) ou le pouvoir d'accomplir toutes les choses désirées; la faculté de connaître le passé, le présent et le futur de chaque chose et de conserver chaque chose désirée.
  • prakamya (pirakamiyam) ou le pouvoir de maîtriser les obstacles naturels, tels que les rayons de soleil, grâce auquel on peut atteindre l'immortalité et se rendre dans n'importe quel endroit.
  • isitva (icattuvam) ou le pouvoir de dominer le monde animé et inanimé de l'univers; le pouvoir de créer, de préserver et de détruire.
  • vasitva (vacittuvam) ou le pouvoir de changer l'évolution de la nature et de prendre le contrôle de toutes les formes de la création (T.V. Sambasivam Pillai 1931; Zvelebil 1993).

Source : http://www.siddha-medicine.org/tradition.html

par aum